Une interview de récupérateurs urbains à Rabat

Quand je suis arrivé à Rabat, j’ai tout de suite été intrigué par un certain nombre de personnes qui circulaient dans les rues en tirant derrière elles un chariot, le plus souvent rempli de cartons, parfois débordant de grosses bouteilles vides d’huile d’arachide. Leur attirail est en effet assez spectaculaire et leur utilité n’était pour moi pas à première vue évidente. En me renseignant plus avant, j’ai appris qu’il s’agissait de « récupérateurs ambulants », appelés aussi « récupérateurs urbains », investis dans une filière informelle de récupération de déchets.

Chariot dans l'Agdal
Chariot dans l’Agdal
Dans le centre ville
Dans le centre ville
Près des chèques postaux
Près des chèques postaux
Derrière le lycée Gouraud
Derrière le lycée Gouraud

Plus tard, dans le cadre d’un projet scolaire sur l’environnement, et plus précisément le traitement des déchets, nous, professeurs et élèves, avons demandé à trois récupérateurs urbains de venir nous parler de leur activité de collecte des déchets. Plusieurs ont accepté de répondre à nos questions, comme un travail.

Ils étaient trois, Mohammed, Aïssam et Hicham. Mohammed était le plus âgé, parlait assez bien français de telle sorte que l’échange, plus direct, en a été facilité. Aïssam était le plus jeune. Hicham avait une trentaine d’années. Les questions et les réponses ont été posées par les élèves en darija. Un professeur, ou bien les élèves eux-mêmes, faisaient la traduction.

Auparavant, nous avons fait un travail de recherche sur la filière informelle de récupération des déchets au Maroc à l’aide d’un document très didactique de l’association ENDA Maghreb trouvé sur internet : « La filière informelle de récupération et de recyclage des déchets solides au Maroc ». D’après ce document : « Toutes ces personnes contribuent à récupérer et recycler près de 10 % des déchets ménagers de Rabat et Salé. Cela représente environ 1300 tonnes de déchets récupérés et recyclés par mois et une économie pour les services municipaux de collecte de plus de 16 000 DH par mois ».

Nous nous sommes intéressés à cette activité ailleurs dans le monde également, avec l’exemple des « Cartoñeros » de Buenos Aires en Argentine, ou en France à travers le film d’Agnès Varda intitulé « Les Glaneurs et la glaneuse ». Voici le lien vers un article de mars 2007 sur les cartoñeros disponible sur Libé.fr : http://www.liberation.fr/grand-angle/010195655-petits-eboueurs-au-ban-de-la-ville. Le film d’Agnès Varda visible sur Youtube :

Enfin nous avons préparé un questionnaire complet, en trois points : le premier portait sur les déchets eux-mêmes, le deuxième sur les conditions de travail des récupérateurs et le troisième sur la perception de leur activité par le tout-venant.

L’échange s’est révélé très instructif et très enrichissant. J’ai pris pendant l’entretien des notes, que j’ai retranscrites sous la forme d’une interview questions/réponses. Les réponses telles que les ai après coup rédigées ne trahissent pas, j’espère, la parole des interviewés. Voici le résultat de la rencontre.

Entre les murs
En classe avec les récupérateurs

Interview

 

             I.      Les déchets

a)      Nous : Quels types de déchets récupérez-vous ?

Les récupérateurs ambulants : Nous récupérons toutes les sortes de papiers, le carton, le  plastique (les bouteilles à part), le verre, les pneus en  caoutchouc, les métaux (fer, aluminium, cuivre, plomb…), parfois le tissu.

b)      Nous : Ramassez-vous aussi les CD ?

L.R.A. : Certains les ramassent, pas tout le monde.

c)      Nous : Combien de déchets récupérez-vous par jour ?

L.R.A. : Toutes catégories mélangées, nous ramassons chacun, par jour, sur notre chariot, entre 200 et 300 kg de déchets.

d)     Nous : Quels sont les déchets qui ont le plus de valeur ?

L.R.A. : Ce sont tous les déchets qui ont une origine minérale, les métaux, le cuivre, le plomb…

e)      Nous : Où est-ce que vous allez chercher les déchets ?

L.R.A. : Nous les ramassons dans les poubelles. Nous avons également des clients qui nous contactent par téléphone ponctuellement lorsqu’ils ont des déchets dont ils veulent se débarrasser. Nous les collectons partout, dans tous les quartiers, chacun à un endroit donné.

f)       Nous : Est-ce que vous faites un trajet précis ?

L.R.A. : Oui, nous faisons le même circuit.

e)      Nous : Que faites-vous de ce que vous récupérez ?  

L.R.A. : Nous le trions, puis en fonction du tri, nous nous dirigeons vers l’acquéreur qui nous l’achètera au meilleur prix.

f)       Nous : Où est-ce que vous les vendez ?

L.R.A. : Nous les apportons dans des entrepôts où des intermédiaires les stockent et les trient une fois encore pour les revendre ensuite.

g)      Nous : Est-ce que vous ne faites que les vendre ?

L.R.A. : Oui.

h)      Nous : Où se trouvent les centres de recyclage s’ils existent ?

L.R.A. : Le papier (blanc, coloré, papier glacé…) va à Oulja, où il est stocké et retrié, puis part à Kénitra où il est recyclé dans des usines.

i)        Nous : Est-ce que les acheteurs ne sont pas embêtés par l’état des déchets ?

L.R.A. : Non, pas du tout, ils sont très demandeurs, quel que soit l’état des déchets, du moment qu’ils sont livrés. Ils en veulent toujours plus. Il existe beaucoup de concurrence entre les acheteurs pour acquérir le résultat de la collecte des déchets.

j)        Nous : Est-ce qu’il vous reste parfois des déchets ? Si oui, qu’en faites-vous?

L.R.A. : Non, il ne reste rien, tout est acheté. Nous ne ramassons que ce que nous savons que nous allons vendre.

          II.      Les conditions de travail

  • organisation:

k)      Nous : Comment êtes-vous organisés ? Est-ce que vous travaillez dans un secteur géographique particulier ?

L.R.A. : Oui, chacun a sa zone de collecte propre, des places réquisitionnées, ce qui provoque parfois des rixes entre les récupérateurs ambulants.

l)        Nous : Est-ce que vous travaillez même s’il pleut ?

L.R.A. : (rires). Même avec la pluie. Par tous les temps.

m)    Nous : Combien d’heures travaillez-vous par jour ?

L.R.A. : Ca dépend. Nous travaillons au maximum cinq heures par jour, à cause de la fatigue, physique d’une part, mais aussi morale. Les gens ne sont pas humains. Nous sommes pointés du doigt, parfois insultés ou expulsés. Nous sommes alors démoralisés. Nous essayons de discuter, et parfois certains en viennent aux mains.

n)      Nous : Quand commencez-vous à travailler et quand finissez-vous ?

L.R.A. : Nous nous répartissons en deux groupes. Les uns travaillent de jour, de 7-8 heures le matin environ jusqu’à 16 heures, avec une pause méridienne de 12 à 14 heures. Les autres travaillent de nuit, à partir de 21 heures jusqu’à une ou deux heures du matin. Ils ne veulent pas être vus.

  • o)      Nous : Est-ce que vous travaillez toute l’année ?

L.R.A. : Nous n’avons pas de vacances. Nous nous reposons uniquement à l’occasion des fêtes religieuses, pour le regroupement familial. Les autres fêtes sont une opportunité pour nous de travailler plus, car les gens consomment davantage et font plus de déchets.

  • précautions:

p)      Nous : Est-ce que vous prenez des précautions ?

L.R.A. : En règle générale, non. Certains, parce qu’ils ont des allergies, mettent des tissus comme protection.

q)      Nous : Est-ce que vous prenez des précautions concernant des déchets qui pourraient être toxiques ?

L.R.A. : Non. C’est un problème.

Mohamed : Par exemple, une fois, j’ai plongé la main dans un sac qui était rempli de seringues usagées, et je suis resté coincé un moment.

r)       Nous : Est-ce que vous êtes déjà tombés malades à cause de votre activité ?

L.R.A. : Nous sommes exposés à la grippe, à cause du froid, aux insolations. Nous avons entendu parler d’un homme qui était mort car il avait mangé quelque chose de mauvais.

Mohamed : Pour ma part j’ai attrapé la typhoïde à trois reprises.

  • règles :

s)       Nous : Est-ce qu’il y a des règles à respecter et si oui lesquelles ?

L.R.A. : Nous ne devons pas déranger la circulation, laisser traîner des déchets, ni déranger les habitants. Ce sont les principales règles à respecter.

t)       Nous : Est-ce que des femmes font ce travail ?

L.R.A. : Certaines femmes font ce travail dans les décharges, comme à la décharge d’Akreuch. Des enfants y travaillent aussi. Ils utilisent des fourches.

u)      Nous : A partir de quel âge avez-vous commencé à travailler ?

Mohamed : Pour ma part j’ai poursuivi mes études jusqu’au baccalauréat. Comme ensuite je ne trouvais pas de travail, je me suis engagé dans cette activité pour subvenir aux besoins de ma famille.

Aïssam : Je suis allé à l’école jusqu’au CE1 puis j’ai commencé cette activité à l’âge de sept ans. Mon père était récupérateur comme moi.

Hicham : J’ai quitté l’école à 10 ans et j’ai alors commencé cette activité.

  • activité:

v)      Nous : Est-ce que vous pouvez vivre avec ce que vous gagnez ?

L.R.A. : Nous gagnons entre 70 et 80 dirhams par jour.

w)    Nous : Est-ce que vous êtes employés ?

L.R.A. : Non, nous travaillons pour notre propre compte.

x)      Nous : Est-ce que vous travaillez en groupe ou seuls ? Avez-vous des concurrents? 

L.R.A. : Nous travaillons seuls, pas en équipe. Il existe parfois une concurrence, comme nous l’avons déjà précisé, entre les récupérateurs, qui est liée à la zone de collecte.

       III.      La perception de l’activité par la population

y)      Nous : Est-ce que vous allez voir des particuliers ?

L.R.A. :: Comme nous l’avons dit, nous avons des clients qui nous appellent pour venir collecter leurs déchets.

z)      Nous : Comment êtes-vous perçus par la population ?

L.R.A. : Généralement assez mal. Ce métier ne bénéficie ni de reconnaissance, ni de récompense.

aa)   Nous : A votre avis, pour quelles raisons désire-t-on acheter ce que vous récupérez?

L.R.A. : On nous achète ces déchets pour qu’ils soient recyclés.

bb)  Nous : Lorsque vous menez votre activité, êtes-vous conscients que vous faites un geste pour l’environnement?

L.R.A. : Certains d’entre nous en sont conscients, mais pas tout le monde. D’autres font cette activité pour l’argent et c’est tout.

cc)   Nous : Merci pour votre participation à cette interview qui nous permet de mieux connaître votre activité.

Bien sûr, nous aurions pu poser bien d’autres questions. Je regrette par exemple que nous ayons oublié de leur poser une question essentielle, celle de savoir selon ce qui pourrait les aider à mener à bien leur activité.

Publicités

Faites-nous partager votre vision du Maroc !

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s