Flore urbaine et jardins de villas à Rabat

Posted on 13 juin 2009

8


Le Maroc a la réputation d’être un pays aride, mais il est riche d’une flore variée. Au confluent de plusieurs climats et émaillé de paysages contrastés, elle est très diversifiée et je dirais même synthétique, dans la mesure où elle réunit à travers elle des horizons très éloignés, du tempéré au plus exotique.

On s’en rend compte par exemple quand on arpente les allées des jardins de Sidi Bouknadel, où ficus benjamina et palmier se côtoient et où le bougainvillée épouse le datura. Du jardin andalou conçu sur une trame géométrique à la luxuriance antillaise, en passant par de paisibles étangs gorgés de nénuphars et de batraciens enjambés de petits ponts japonais, cet espace se veut une heureuse compilation de la végétation du globe.

 

Jardins exotiques de Sidi Bouknadel

Jardins exotiques de Sidi Bouknadel

 

Hibiscus à Sidi Bouknadel

Hibiscus à Sidi Bouknadel

 

Cascade de datura à Sidi Bouknadel

Cascade de datura à Sidi Bouknadel

 

C’est particulièrement vrai pour la flore urbaine, celle dont j’observe les efflorescences tous les jours à Rabat, qui emprunte à la fois à la Méditerranée et aux tropiques. Si l’oranger, le mimosa, le laurier rose, l’hibiscus, la glycine, le datura se rencontrent aussi en Europe, le jacaranda et le bougainvillée, originaires du Brésil, et surtout, plus spectaculaire encore, le flamboyant, venu des régions tropicales, prospèrent aussi au Maghreb, séduits par ses chaudes températures.

 

Glycine (Agdal)

Glycine (Agdal)

 

Laurier rose et jacaranda (jardin des Oudaïas)

Laurier rose et jacaranda (jardin des Oudaïas)

 

Bougainvillée en suspension (Avenue de la Victoire)

Bougainvillée en suspension (Avenue de la Victoire)

 

Arbre en fleurs (près de la Cathédrale de Salé)

Arbre en fleurs (près de la Cathédrale de Salé)

 

Jacaranda (Oudaïas)

Jacaranda (Oudaïas)

 

Datura (Kasbah des Oudaïas)

Datura (Kasbah des Oudaïas)

 

Flamboyant (Agdal)

Flamboyant (Agdal)

 

Flamboyant (Agdal)

Flamboyant (Agdal)

 

Bougainvillée (Agdal)

Bougainvillée (Agdal)

 

Oranger (Agdal)

Oranger (Agdal)

 

Cela me conduit à parler une fois de plus des villas de Rabat, dont je vous montre ici un très, très bel exemple, en forme de pense-bêtes :

 

Villa avenue Michlifen

Villa avenue Michlifen

 

En effet, il est un élément qui n’est pas pour rien dans le charme indéniable qui se dégage de ces constructions : c’est le jardin. C’est que souvent ces villas disparaissent derrière un mur élevé d’où dépassent, débordent, se déversent, se répandent mille et une essences de plantes, dégorgeant leurs bleus, rouges, oranges, violets et jaunes sur le trottoir sans aucune pudeur. Et on aimerait pénétrer dans ces enclos bien gardés, ces havres paisibles comme des patios traditionnels, où les regards sont interdits et les discours bien gardés. A chaque fois qu’une villa est rasée, elle emporte avec elle son jardin, son territoire, parfois assez vaste, rempli d’arbustes fleuris, d’arbres centenaires (ou presque), intimité comprise.

 

Jardin avenue Michlifen (Agdal)

Jardin avenue Michlifen (Agdal)

 

Villa art déco

Villa art déco

 

Villa angle avenue Fal Ould Oumeir et rue Oued Baht (Agdal)

Villa angle avenue Fal Ould Oumeir et rue Oued Baht (Agdal)

 

Villa (Agdal)

Villa (Agdal)

 

Villa avenue Bab Soufara

Villa avenue Bab Soufara

  

Mais les petits jardins nous mènent aux grands jardins, avec cette photo d’un « palmier plumeux » du Jardin des Essais, parc hérité du plan Prost qui va bientôt rouvrir ses portes totalement restauré.

 

Le Jardin des Essais rouvre ses portes (bientôt)

Le Jardin des Essais rouvre ses portes (bientôt)

Publicités