Azemmour se love dans le giron de la Mère du Printemps

Posted on 18 janvier 2009

0


Ou Oum Errabiaa en arabe. Azemmour est ceinte d’épaisses murailles qui cachent une vieille médina toute blanche. Elle se situe à quelques kilomètres d’El Jadida. C’est peut-être aussi sa proximité avec Casablanca qui explique le début de renaissance de la ville ancienne dont plusieurs maisons sont rénovées par leurs récents acquéreurs. La ville a également été l’objet de l’attention des édiles qui ont aménagé entre autres choses une large promenade le long du fleuve dans le giron duquel précisément Azemmour se love.

La promenade le long de l'Oum Errabiaa

La promenade le long de l'Oum Errabiaa

L’Oum Errabiaa, nom qui signifie « Mère du Printemps », prend sa source dans le Moyen Atlas, coule jusqu’à Azemmour où après l’avoir enlacée elle se jette dans l’atlantique.

Azemmour, de la rive opposée

Azemmour, de la rive opposée

Alentour, la ville se dévoile sous deux visages différents. On peut la trouver défendue et dissimulée derrière ses murailles sévères. Ou si l’on quitte Azemmour en direction de Safi, après le pont et depuis l’autre rive, on la voit dénudée, dévoilée, ses maisons blanches étincelantes glissant étagées jusqu’aux berges d’une eau rassurante.

Je vous ai parlé de l’ancien cimetière juif d’Azemmour, un peu à l’écart. Quelques photos supplémentaires vous conduisent dans les ruelles tortueuses et tranquilles de la médina, où nous croisâmes quelques petites filles portant sur leur tête jusqu’au faran des plateaux constellés de pains à cuire.

Advertisements
Posted in: Excursions