Thamusida : ruines romaines au fil du Sebou

Posted on 13 septembre 2007

2


Rappelez-vous, je vous ai déjà parlé de l’oued Sebou, un fleuve aux écailles coruscantes que l’on observait, déroulant ses orbes, glissant silencieusement et s’épanchant à cœur ouvert dans la mer, depuis la kasbah de Mehdya.


 






thamusida13092007-018-4.jpg


 



 


Je l’ai retrouvé, bordant de ses méandres un autre site historique. Il s’agit d’une ville maurétanienne, reconstruite ensuite par les Romains autour d’un camp fortifié. Il en reste des témoignages précieux, dispersés sur une vaste étendue d’où l’on surplombe le Sebou et qui n’a pas encore révélé tous ses trésors.


Ce n’est pas évident d’accéder au site. Le guide vert donne un itinéraire valable, sauf que la première étape en est difficile à repérer. Depuis Kénitra, il faut prendre la route de Tanger, en direction de Sidi Allal Tazi. 14 km plus loin, sur la gauche, on passe devant quelques commerces, et notamment la pharmacie « Thamusida ». Bingo ! Il faut bifurquer juste avant et s’engager sur une piste de qualité moyenne. Ensuite, on traverse un pâté de maisons. A un carrefour tridirectionnel, il faut choisir le chemin du centre (ni la gauche, ni la droite, c’est-à-dire que dalle ! – spéciale dédicace à Bayrou), continuer au milieu de champs et prendre à gauche (virage à 90°) une piste plus étroite et dans un état moins favorable aux touristes motorisés. Mais cet itinéraire, nous (l’ami qui m’accompagnait et moi-même) ne l’avons pris qu’au retour, car à l’aller une personne du coin, avec beaucoup de serviabilité, nous a conduits au site par un raccourci. Cet homme, prénommé Bourraba, nous a montré la photo de son père qui a participé en leur temps aux fouilles de Thamusida.


Nous avons garé la voiture au sommet d’une petite colline couronnée d’un marabout griffonné de messages amoureux. Nous avons pénétré dans l’antique cité via une porte gardée par un étrange pan de mur en briques. On voit encore clairement l’infrastructure de cette porte interrompant l’enceinte.


Nous avons fait le grand tour. Plusieurs grands ensembles ont été dégagés, de place en place, et de ci de là, on trouve aussi des excavations mettant à jour des murets, piles, puits…, tous aménagements dont la lisibilité est moins aisée à l’heure actuelle.


 






thamusida13092007-018-1.jpg


 



 


D’abord on trouve un espace carré, avec sur un côté un podium et des escaliers pour y monter. Le guide vert parle d’un praetorium, siège du commandement du camp fortifié. Devant le podium, une pierre présente sur une de ses faces un décor d’écailles, plutôt des feuilles d’acanthes stylisées. Perpendiculairement au podium, subsistent une demi-douzaine de bases de colonnes mo-nu-men-tales, qui supportaient sans doute un majestueux portique ! Sous l’une d’entre elles, on observe une cavité qui semble reliée à un autre conduit (un système en rapport avec l’assainissement ?). Au milieu de tout cela, une place dallée.


 






thamusida13092007-018-2.jpg


 



 






thamusida13092007-018-3.jpg


 



 


En se promenant le long du Sebou, on tombe nez à nez avec les vestiges des quais de l’ancien port de Thamusida (qui faisait des affaires, d’après le matériel archéologique trouvé in situ, avec plusieurs cités de la côte Atlantique jusqu’au détroit de Gibraltar).


 






thamusida13092007-018-5.jpg


 



 


Plus loin, les thermes, sans doute l’édifice le plus remarquable de Thamusida. On repère un système de chauffage par hypocauste, dans la même salle une niche avec une espèce de table recouverte d’enduit (?), plusieurs absides, des bancs, des pilastres au revers du bâtiment… Des choses intéressantes, des choses mystérieuses, et puis des choses à la fois intéressantes et mystérieuses.


 






thamusida13092007-018-6.jpg


 



 


thamusida13092007-018-7.jpg


  


thamusida13092007-018-8.jpg


  


thamusida13092007-018-9.jpg


 


On longe ensuite une esplanade au fond de laquelle on retrouve des escaliers conduisant à un podium où s’élevaient trois pièces se jouxtant (les trois cellae d’un temple ?).


 






thamusida13092007-018-10.jpg


 



 


Après un petit détour vers quelque chose qui avait tout l’air d’être le centre d’une domus, avec un bassin et quelques bases de colonnes (actualisation : il semble plutôt s’agir du couvrement d’une maison d’époque maurétanienne – sans garantie), nous nous sommes dirigés vers une stèle qui s’élevait, un peu esseulée comme un menhir sur un causse lozérien, à une extrémité de l’enceinte (je ne pense pas que ce soit son emplacement d’origine, mais je ne parierais pas 2 dirhams là-dessus).


  


thamusida13092007-018-11.jpg


 






thamusida13092007-018-12.jpg


 



 


A cet endroit, on trouve une zone quadrillée de murets (les restes de casernements s’organisant le long de voies se coupant à angle droit ?). Puis de là nous avons longé l’enceinte, qui par sa composition faisait un peu penser à un mille-feuilles, et regagné la voiture.


 






thamusida13092007-018-14.jpg


 



 






thamusida13092007-018-15.jpg


 



 


Alors un garçon rentrait ses vaches, des enfants gardaient un troupeau de mouton un bâton dans la main, un homme patientait silencieux dans l’embrasure de la porte du marabout, à proximité de son cheval comme assoupi devant le spectacle empourpré du ciel de la fin du jour.


 







thamusida13092007-018-13.jpg


 


Advertisements
Posted in: Archéologie