Etymologie du soleil couchant

J’ai un petit peu de temps et je vous inonde donc d’articles et de photos sur mon blog que vous connaissez sous le nom suivant : « Au pays du soleil couchant ».

Mais au fait, pourquoi désigner le Maroc de cette façon ? Hein, hein…. Mystère…

En arabe, le Maroc s’appelle « مَغْرِبِيٌّ », « el maghrib » ou « maghreb », ce qui signifie l’ « occident ». Laissez-moi ici faire appel à mes talents de latiniste émérite et éclairer ce vocable du projecteur de la science étymologique : « occident » vient du latin « occido, is, ere » qui veut dire « tomber » et lorsqu’on parle des astres « se coucher ». De la même façon, l’origine du terme« orient », c’est le verbe « orior », « se lever » en parlant des astres, et aussi par la suite « naître, commencer »… L’occident, c’est donc le lieu où le soleil « tombe », se couche, et l’orient, celui où il se lève, « naît ». Rien d’extraordinaire.

azrou17122006-128-1.jpg

Les Grecs pensaient d’ailleurs que le soleil, sur son char radieux, radiant et rayonnant, s’élançait dans le ciel d’un point quelque part à l’est (l’Ethiopie ou l’île d’Aéa), parcourait tout l’orbe du ciel – il voyait tout ! – puis plongeait pour se reposer dans la mer Méditerranée à un endroit que les Anciens désignaient sous le nom de « colonnes d’Hercule » et qui correspond au détroit de Gibraltar.

azrou17122006-128-3.jpg

C’est au cours de son combat contre Antée, le géant qui tirait sa force de sa mère la Terre, qu’Hercule, nous dit la légende, ouvrit d’un coup d’épaule le détroit. Il édifia ensuite les deux colonnes, l’une sur la côte européenne (Gibraltar), l’autre non loin de Tanger et Ceuta (le mont Abyle, aujourd’hui Djebel Musa). Il revenait du jardin des Hespérides où il était allé dérober les fameuses pommes d’or. On situe celui-ci entre Ceuta et Lixus. Le jardin des Hespérides est marocain : c’est-y pas une nouvelle, ça ?

azrou17122006-128-8.jpg

Et d’ailleurs, si l’on s’intéresse une seconde (ce n’est pas de trop) aux fameuses Hespérides et à l’étymologie de leur nom, on s’aperçoit qu’il dérive du mot grec qui signifie « soir » : « espera », « hespera », qui a donné « vesper » en latin et « Vêpres » en français,  et on comprend que les Hespérides ne sont autres que… les « nymphes du couchant ». CQFD.

Le premier explorateur a avoir franchi les colonnes d’Hercule pour découvrir le vaste monde, c’est Pythéas, un navigateur marseillais, en -330 : rendons-lui ici hommage et proposons à Thalassa de lui consacrer un numéro, ça lui fera plaisir.

azrou17122006-128-2.jpg

On peut visiter, non loin de Tanger, un site archéologique qui se nomme « les grottes d’Hercule ». Il remonte à la préhistoire, il fut notamment une carrière d’où était extrait de la roche pour façonner des meules à grain et ce site touristique est aujourd’hui sous les projecteurs car ses abords et son accès vont être repensés et réaménagés.

Et pour clore le dossier Tanger, n’oubliez pas « Tanger 2012 » : Tanger est candidate pour accueillir l’Exposition Universelle en 2012. Si Bertrand D. pouvait nous donner un petit coup de pouce…

azrou17122006-128-9.jpg

Je ne connais pas beaucoup d’arabe (qui appartient aux langues chamito-sémitiques dont font partie également l’hébreu et le berbère, toutes les trois langues cousines, c’est important de le signaler), mais j’en conclurais que l’étymologie d’« el maghrib » est semblable à celle d’« occident ». Si vous avez plus d’informations sur celle-ci, n’hésitez pas à m’en faire part.

Mais au fait, si « el maghreb », c’est le Maroc, comment dit-on le « Maghreb » en arabe ? En fait, c’est le même mot. Mais pour distinguer le pays de la zone géographique regroupant le Maroc, l’Algérie et la Tunisie (auxquels on ajoute pour former le « Grand Maghreb » la Mauritanie et la Lybie), on appelle le Maroc : « el Maghreb el Aqsa », ce qui signifie « le couchant extrême », l’extrémité du couchant. Et le Maroc n’est pas seulement le pays le plus à l’ouest du monde connu dans l’Antiquité grecque : c’est aussi et surtout le pays le plus occidental du monde arabe et de l’empire islamique tel que celui-ci se forma au VIIième siècle.

S’il existe un « Couchant » dans le monde arabe, il devrait bien exister un « Levant » ! C’est le « Machrek » (ou « Machreq », « Mashreq »… ) qui désigne – si vous avez bien compris – l’« Orient  » arabe, depuis l’Egypte jusqu’à l’Irak.

azrou17122006-128-6.jpg

azrou17122006-128-7.jpg

Enfin je vous parlerai de la manière dont on désigne ce qui est occidental au Maroc. L’occidental, c’est le « roumi », par opposition à ce qui est « beldi », traditionnel, « du pays » (le « bled »). Ainsi, dans certains salons marocains, on trouvera à la fois un salon « roumi », à l’occidentale, canapé trois places plus deux fauteuils, et un salon « beldi », conforme à la tradition, à savoir des banquettes en U qui courent le long du mur tout autour de la pièce, avec des tables rondes de tailles différentes au milieu sur un grand tapis, comme j’ai la chance d’avoir chez moi. « Roumi », ça ne vous fait pas penser à quelque chose ? Si vous avez fait l’Ecole du Louvre spécialité Arts de l’Islam, ça vous fera penser aux Seljouqides de Roum, qui régnaient au XIIième siècle en Asie Mineure. Sinon, vous trouverez peut-être que le terme ressemble étrangement au latin « Romanus », « romain », d’où le mot « roumi » vient : la boucle est bouclée, retour au monde antique.

azrou17122006-128-5.jpg

azrou17122006-128-4.jpg

Pour illustrer ce brillant exposé dont je suis très fier, je l’ai agrémenté d’une poignée de couchers de soleil du Maroc : à Azrou (moyen Atlas, avec le rétro), à Témara (une plage a sud de Rabat, avec un ciel tout rouge), aux abords du quartier r’bati Océan (avec les rochers), à El Jadida (quel skyline !), à Salé (vu du borj, avec le mur de pierres à gauche), et bien sûr dans le désert entre Zagora et Ouled-Driss.

Une palette infinie, une partition sans double barre.

Publicités