Ré-inauguration des anciens abattoirs de Casablanca, 11 et 12 avril 2009

J’y étais. Le 12 avril. Je n’étais pas le seul. Cette inauguration a attiré une foule impressionnante.

casacoloniale120409-024

Aux abords des abattoirs

Heureuse idée (d’y être), car en premier chef cette journée m’a permis de découvrir le fascinant bâtiment que sont les anciens abattoirs de Casablanca. Monumental est le qualificatif qui me vient d’emblée. Et j’ai apprécié aussi la couleur ocrée de ses murs sous la douce lumière de fin d’après-midi. Les abattoirs se parent d’une décoration néo-mauresque caractéristique de leur période de construction.

casacoloniale120409-055

Soupirail du grand bâtiment d'équarrissage

J’ai fait une deuxième découverte sous les voûtes du bâtiment : l’œuvre contemporaine d’un photographe que je prise fort, qui met au centre de son travail une réflexion sur la perspective, et sur les phénomènes illusoires que sa mise en œuvre peut produire : Georges Rousse. Dans un coin de la bergerie, on aperçoit des rectangles de couleur vive éparpillés sur la paroi qui, si l’on rejoint un point précis du sol, s’épousent pour former un tableau abstrait du plus bel effet. L’œuvre est cinétique (ou optique) puisqu’elle surgit et existe suite à un mouvement de son spectateur. L’artiste a décliné ce procédé avec différentes représentations et en divers lieu, souvent des lieux abandonnés, vides, qu’il avait tout le loisir d’investir comme il l’entendait et qu’il requalifiait, pour une période du moins, par la même occasion. Il prend finalement une photo de l’œuvre cinétique à laquelle il a par ailleurs donné réalité, photo qui matérialise l’illusion d’optique et lui donne le statut d’objet commercial. Plusieurs photos d’œuvres complémentaires de Georges Rousse figuraient aux abords de l’exposition de jeunes artistes marocains montée dans la salle d’équarrissage.

L'oeuvre de Rousse, encore virtuelle

L'oeuvre de Rousse, encore virtuelle

casacoloniale120409-060

L'oeuvre de Rousse, reconstituée

casacoloniale120409-058

2 photos d'oeuvres de Rousse à l'entrée de l'exposition d'art contemporain

La maquette ci-dessous montre bien les différents pôles du site, même si elle ne respecte pas leur réelle disposition : derrière un haut mur s’organisent étables ou bergeries (à droite quand on entre par la porte principale), au nombre de deux et reliées entre elles par une cour - chaque étable est précédée d’un large escalier à deux volées de marche ; les services vétérinaires et le bureau de l’administration, sous la forme d’une grosse villa, à gauche en entrant ; la salle d’équarrissage qui prend l’apparence d’un énorme hangar, cathédrale de béton, à gauche, derrière la villa.

casacoloniale120409-033

Maquette du site

Une des deux étables

Une des deux bergeries

casacoloniale120409-036

En sortant de la bergerie

casacoloniale120409-051

Services vétérinaires et administration

casacoloniale120409-053

Une des entrées monumentales de la salle d'équarrissage

Heureuse idée que cette manifestation, qui s’est révélée très riche en événements, parmi lesquels plusieurs expositions, sur l’architecture moderne de plusieurs quartiers périphériques de Casablanca – Hay Mohammedi, Roches Noires, Aïn Sbaâ – dans la bergerie, de jeunes artistes marocains dans la salle d’équarrissage, des démonstrations de graph et de street art, des concerts et des projections de films… Une manifestation conviviale, accessible, plurielle.

casacoloniale120409-040

Graph aux abattoirs

L’exposition d’art contemporain était particulièrement remarquable, avec ses photographies, sculptures, installations… Certains artistes ont choisi de tirer parti du lieu en reconvertissant les crocs de boucher en balancelles qui ont eu beaucoup de succès auprès des plus jeunes visiteurs. Je suis arrivé un peu tard pour admirer la structure de glace qui s’est rapidement liquéfiée dans la douceur clémente du climat marocain, miroir du danger qui guette les murs des abattoirs, comme ceux d’autres bâtiments à Casa.

casacoloniale120409-048

Photo de photos

casacoloniale120409-041

Tous à la balançoire

casacoloniale120409-046

Skhoun

Cette manifestation plurielle était justement appelée « Transculturelles ». Surtout, elle se voulait une nouvelle inauguration du bâtiment et annonçait une prochaine reconversion du site, pour laquelle plusieurs projets étaient aussi présentés par l’agence urbaine lors de cette manifestation. Le bâtiment de la Compagnie frigorifique a subi de graves dommages suite à un incendie en 2005. La réhabilitation devient urgente. C’est tout le destin que l’on peut souhaiter à cette construction séduisante, qui offre effectivement d’amples potentialités, qui a montré sa capacité d’attraction, et qu’on aimerait vraiment retrouver en « Fabrique culturelle », permanente cette fois-ci.

casacoloniale120409-068

En arrivant de la gare centrale. Au fond le bâtiment de la compagnie frigorifique.

About these ads

Une Réponse to “Ré-inauguration des anciens abattoirs de Casablanca, 11 et 12 avril 2009”

  1. ikram Says:

    belle tof

Laisser un commentaire

Entrez vos coordonnées ci-dessous ou cliquez sur une icône pour vous connecter:

Logo WordPress.com

Vous commentez à l'aide de votre compte WordPress.com. Déconnexion / Changer )

Image Twitter

Vous commentez à l'aide de votre compte Twitter. Déconnexion / Changer )

Photo Facebook

Vous commentez à l'aide de votre compte Facebook. Déconnexion / Changer )

Photo Google+

Vous commentez à l'aide de votre compte Google+. Déconnexion / Changer )

Connexion à %s


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Joignez-vous à 25 followers

%d bloggers like this: