Une vie de Mésaritès

octobre 15, 2014

Nicolas Mésaritès, écrivain byzantin méconnu…

Si vous voulez en savoir (un petit peu) plus sur sa destinée, voici sa biographie, inspirée de l’ouvrage d’August Heisenberg.

Nicolas Mésaritès naît autour de1163

aspron trachy théodore laskaris

Monnaie de Théodore Laskaris

L’architecture sous le protectorat à Fès

décembre 13, 2013

Lorsque je suis arrivé à Fès, je me suis promené dans les rues de la ville nouvelle en gardant le menton levé vers le ciel afin de repérer d’éventuelles plaques d’architectes. Mais je n’en ai découvert qu’une seule, bien précieuse, boulevard Hassan II.

Image

En la scrutant avec attention, à travers les coulures de peinture, je suis parvenu à distinguer plusieurs noms de famille : les Frères Suraqui, architectes S. P. A. F. (Société Professionnelle des Architectes Français) et Aynié, architecte.

Image

En faisant une recherche à propos de ces architectes, je suis tombé sur une mine de renseignements concernant l’architecture du protectorat à Fès : il s’agit de la thèse en doctorat d’histoire de Charlotte Jelidi, intitulée : LA FABRICATION D’UNE VILLE NOUVELLE SOUS LE PROTECTORAT FRANÇAIS AU MAROC (1912-1956) : Fès-nouvelle.

Vous pouvez la télécharger ici :

Thèse de doctorat d’histoire de Charlotte Jelidi Partie 1

Thèse de doctorat de Charlotte Jelidi Partie 2

Voici le titre de la première partie : 1ÈRE PARTIE : PLANIFICATION ET APPLICATION DES PLANS D’AMÉNAGEMENT OU LES DOCTRINES URBANISTIQUES CONFRONTÉES AU TERRAIN FASSI.

Dans la deuxième partie, on trouve les notices biographiques de nombreux architectes, un certain nombre de fiches présentant des bâtiments significatifs fassis datant de la période du protectorat, ainsi que de très nombreux photos, plans et cartes postales.

Le bâtiment des Frères Suraqui et de Pierre Aynié fait l’ojet d’une fiche : la n° 10 :

« Fiche 10 : IMMEUBLE BRAUNSCHVIG

Avenue de France, lot n°170 du secteur d’HC.

Architectes : Pierre Aynié et les frères Suraqui.

1928-1930

Georges Braunschvig, riche promoteur, acquière un terrain de 880 m2 sur l’avenue de France en 1927 dans le but d’y bâtir un important immeuble de rapport. A son décès, à Paris, en janvier 1928, quatre de ses héritiers reprennent son projet et demandent à leurs architectes de dresser les plans. En mai 1928, les frères Suraqui avec qui collabore l’architecte Pierre Aynié, proposent un dessin de façade aux références variées. L’ordonnance est d’inspiration néo-classsique. Les différents niveaux sont hiérarchisés, les colonnes abondent etc. Quant à l’ornementation, elle est particulièrement chargée : les piles des colonnes sont couvertes de marbre, les chapiteaux sont sculptés et imitent la pierre de Sefrou. Le premier étage est couvert d’une frise en imitation de pierre de Salé, sur les côtés des médaillons de zelliges polychromes, des ferronneries ouvragées, etc.

Image

Source : Immeuble Braunschvig, avenue de France, Plan dressé le 30 mai 1928, Suraqui, AMF, SAB,

Dossier du lot n°170 HC.

En dépit de leur renommée, les architectes sont contraints en octobre 1928, par le service des Beaux-Arts et Monuments historiques d’atténuer l’ornementation. Les autorités proposent de revoir la hiérarchisation des espaces, en gardant le nombre de travées mais en introduisant un jeu de saillie et de retrait, en traitant certaines travées en encorbellement.

A l’intérieur de l’immeuble, les architectes utilisent abondamment les zelliges, le marbre, le fer forgé, que le service des Beaux-Arts a refusé en façade.

Les fondations, la terrasse, les planchers et chaînages sont en ciment armé et béton, tandis que la maçonnerie en faite de moellons et de chaux hydraulique. Au rez-de-chaussée sont aménagés plusieurs magasins, le 1er et le 2nd étages sont occupés chacun, par deux appartements de cinq pièces et au 3ème étage sont aménagés deux appartements de quatre pièces. »

On voit sur les différentes photos que j’ai prises quelles concessions les architectes ont dû faire concernant l’ornementation en façade qu’ils avaient planifiée au départ. On s’aperçoit au contraire que le hall d’entrée et la cage d’escalier concentrent une décoration très soignée, avec un escalier plaqué de marbre ondulant délicatement, et une tout aussi légère rampe de fer forgé. Le plafond du hall présente des moulures raffinées.

ImageFaçade de l’immeuble

Image

La cage d’escalier de l’immeuble

Image

Plafonds moulurés

Image

Magasins sous les portiques

Image

Sous les portiques

On pourra trouver un article consacré aux frères Suraqui tiré du Maroc en 1932 à l’adresse suivante :

http://www.cemaroc.com/t25p20-le-maroc-en-1932

Le voici reproduit :

Image

L’oeuvre de Nicolas Mésaritès : la description de deux manuscrits de la bibliothèque ambrosienne de Milan, le Cod. Ambros. F96 sup. , découvert en 1898 par August Heisenberg, et le Cod. Ambros. F93 sup. , découvert par Martini et Bassi quelques années plus tard

octobre 20, 2013

Nous n’avons sur l’auteur Mésaritès aucune notice qui puisse nous renseigner sur lui. Tout ce que nous savons de lui, nous l’apprenons à travers ses œuvres, conservées dans deux manuscrits de la bibliothèque ambrosienne de Milan, le Cod. Ambros. F96 sup.[i], découvert en 1898 par August Heisenberg, et le Cod. Ambros. F93 sup.[ii], découvert par Martini et Bassi quelques années plus tard.

Le Cod. Ambros. F96 sup. est un manuscrit de 194 folia, même si la foliation moderne ne compte que 193 feuilles (figurent à l’intérieur une page 102 et une autre 102a). Le plat de bois et la reliure sont en mauvais état ; celle-ci est défectueuse. Le manuscrit a souffert de l’humidité. Les dimensions des feuilles de papier sont de 0,26 m de hauteur et de 0,17 m de largeur. La justification présente 0,22/0,23 m de hauteur et 0,13 m de largeur. Le nombre de lignes varie, tout comme la taille de l’écriture : pourtant le travail est dû à une seule main. L’encre est brune. Quand l’écriture est assez grosse, elle est contournée, surchargée et baroque. Lorsqu’elle est assez petite, elle est semblable à celle du célèbre Cod. Laur. conv. soppr. 627. Il date de la fin du 13e siècle. Les signatures grecques débutent au folio 35 (de kappa’ à lambdaêta’) . Le dernier quaternion lambdathêta’ contient seulement 6 folia et est incomplet.

La bibliothèque ambrosienne possède un second manuscrit regroupant des œuvres de Mésaritès : le Cod. Ambros. F93 sup.. Martini et Bassi, leurs inventeurs, font remarquer qu’il s’agit sans doute de l’autre partie ou d’une partie de l’autre manuscrit.

Vous trouverez dans le document PDF suivant la description folio par folio de ces deux manuscrits :

La description des manuscrits contenant les écrits de Nicolas Mésaritès

Biblioteca_Ambrosiana_2010

[i] Heisenberg, Analecta, Mitteilungen aus italienischen Handschriften byzantinischer Chonographen, Münich, 1901, p. 19-39 ; E. Martini et D. Bassi, Un codice di Niccolò Mesarita. Estratto dal Rendiconto dell’Accad. di archeol., lett. E belle arti di Napoli, anno 1903, p. 1-14

[ii] E. Martini et D. Bassi, Un codice di Niccolò Mesarita. Estratto dal Rendiconto dell’Accad. di archeol., lett. E belle arti di Napoli, anno 1903, p. 1-14 ; Heisenberg, Die Palastrevolution des Johannes Komnenos, Würzburg, 1907, p. 6-13

 

 


Suivre

Recevez les nouvelles publications par mail.

Rejoignez 28 autres abonnés